À propos

Nous sommes un groupe de chercheurs qui travaillent sur les migrations lusophones en France et ailleurs. Nos objets de recherche sont: l’immigration “lusophone” en France et dans le monde ; les liens entre les populations « lusophones » en France (portugais, cap-verdiens, guinéens, angolais etc.) ; l’espace géopolitique construit par les pays de langue officielle portugaise et les réalités construites à travers les échanges culturels accélérés par les flux migratoires actuels dans ces contextes. Nous sommes une équipe de chercheurs travaillant sur des données empiriques récentes dans le cadre de projets de master, doctorat, post-doctorat etc. inscrits dans les réseaux internationaux de recherche.

Actualités

Séance du groupe de recherche «Migrations dans les mondes lusophones: identités, altérités et circulations»

[ÉVÉNEMENTS]

Séminaire URMIS (Paris) | 12 Février, 14h–16h30 (Salle M19)

Intervention: «Entrepreneuriat et discours sur l’ethnicité : le cas de l’immigration portugaise à Rio de Janeiro»
Sónia Ferreira – post-doctorante à l’URMIS et au Centre de Recherche en Anthropologie-CRIA (Université Nouvelle de Lisbonne)

Discussion: Dominique Vidal – Prof. Université Paris Diderot, URMIS

URMIS Bât. Olympe de Gouges, 8 rue A. Einstein 75013 Paris

Cahiers de l’Urmis 17, coordonné par Sónia Ferreira, Sylvain Souchaud et Dominique Vidal

[PUBLICATIONS]

Juillet 2017 | Les espaces de la migration lusophone : circulations, régulations, représentations

Notes de la rédaction: Ce numéro des Cahiers de l’Urmis est coordonné par Sónia Ferreira, Sylvain Souchaud et Dominique Vidal. Il réunit des articles issus de communications présentées lors du colloque Les espaces de la migration lusophone : circulations, régulations, représentations, organisé par l’Urmis à l’université Paris Diderot les 18 et 19 septembre 2014. Loin de proposer une approche culturaliste, la « migration lusophone » offre une focale originale pour réfléchir dans une perspective interdisciplinaire à des questions de nature diverse qui, si elles se posent dans des espaces distants les uns des autres, n’en ont pas moins souvent des points communs et des relations étroites. Il présente des recherches historiques, sociologiques ou anthropologiques sur des terrains aussi variés que le Portugal et son ancien empire colonial (notamment, Brésil, Angola, Mozambique, …) mais aussi de nombreux pays dans le monde (France, Espagne, Allemagne, Afrique du Sud, États-Unis, Argentine, …).