Séance du groupe de recherche «Migrations dans les mondes lusophones: identités, altérités et circulations»

[ÉVÉNEMENTS]

Séminaire URMIS (Paris) |  12 Février, 14h–16h30 (Salle M19)

Intervention: «Entrepreneuriat et discours sur l’ethnicité : le cas de l’immigration portugaise à Rio de Janeiro»
Sónia Ferreira – post-doctorante à l’URMIS et au Centre de Recherche en Anthropologie-CRIA (Université Nouvelle de Lisbonne)

Discussion: Dominique Vidal – Prof. Université Paris Diderot, URMIS

URMIS Bât. Olympe de Gouges, 8 rue A. Einstein 75013 Paris

Cahiers de l’Urmis 17, coordonné par Sónia Ferreira, Sylvain Souchaud et Dominique Vidal

[PUBLICATIONS]

Juillet 2017 | Les espaces de la migration lusophone : circulations, régulations, représentations

Notes de la rédaction: Ce numéro des Cahiers de l’Urmis est coordonné par Sónia Ferreira, Sylvain Souchaud et Dominique Vidal. Il réunit des articles issus de communications présentées lors du colloque Les espaces de la migration lusophone : circulations, régulations, représentations, organisé par l’Urmis à l’université Paris Diderot les 18 et 19 septembre 2014. Loin de proposer une approche culturaliste, la « migration lusophone » offre une focale originale pour réfléchir dans une perspective interdisciplinaire à des questions de nature diverse qui, si elles se posent dans des espaces distants les uns des autres, n’en ont pas moins souvent des points communs et des relations étroites. Il présente des recherches historiques, sociologiques ou anthropologiques sur des terrains aussi variés que le Portugal et son ancien empire colonial (notamment, Brésil, Angola, Mozambique, …) mais aussi de nombreux pays dans le monde (France, Espagne, Allemagne, Afrique du Sud, États-Unis, Argentine, …).

Séance du Groupe de Travail sur les « Migrations Lusophones»

URMIS (Paris) | 27 Mai 2016, 10h-18h (Salle 870)
Réflexion autour du projet de Groupe de Travail

10h-12h30 : Séance de discussion collective :

1 – Les nouveaux flux migratoires ‘lusophones’ en France: quels défis pour les chercheurs?
2 – Activités futures du Groupe : 2016/2017

 12h30-14h00 – Déjeuner

14h00-17h30 – Présentations de projets de recherche :

Cristina Clímaco (Univ. Paris 8) – « Les Portugais en France dans l’entre-guerres »
Maria-Benedita Basto (Univ. Paris Sorbonne, CRIMIC/IMAF) – « Émigration et guerre coloniale: archives et mémoires des déserteurs en France »
Jorge Candeias (URMIS) – « Portugais à Paris – enquête sur les bars portugais et sur l’associativisme portugais »
Sónia Ferreira (CRIA/URMIS) – « La ‘lusophonie’ et les ‘médias portugais’ en France : la construction d’une supra communauté imaginée ? »

17h30-18h00 – Conclusion

URMIS Bât. Olympe de Gouges, 8 Place Paul Ricœur, 75013 Paris

Groupe de Travail sur les Migrations Lusophones

URMIS (Paris) | 24 Mars 2016 14h-17h (Salle 870)

Affiche_Migrations Lusophones-24 mars

«La « diaspora portugaise » : des récits qui relient ce que la vie a séparé»
Filomena Silvano (Faculté de Sciences Sociales de Lisbonne / CRIA)

Résumé: Cette communication présente quelques résultats d’une ethnographie réalisée au Brésil avec trois familles portugaises dont le parcours de vie transnationale est passé par le Portugal, le Mozambique et le Brésil. Dans leurs constructions identitaires les membres des familles convoquent, de façons plus ou moins explicites, l’idée de « diaspora portugaise», qui apparaît comme une construction culturelle de compromis, qui leur permet de dépasser quelques-unes des ruptures spatiales, sociales, culturelles et émotionnelles présentes dans leurs histoires de vie.

«Construction et identification d’une filière migratoire entre le Portugal et le Brésil au tournant du XXe siècle»
Sylvain Souchaud (IRD/URMIS – Univ. Paris-Diderot)

Résumé: La fin du XIX au Brésil est un tournant historique dans le domaine économique et migratoire. L’économie de plantation abandonne le régime esclavagiste et adopte le salariat. Grâce à une ambitieuse politique migratoire, une main-d’œuvre étrangère est mobilisée pour travailler dans les plantations de café de l’intérieur de l’Etat de São Paulo, tandis que les progrès techniques dans les transports terrestre et maritime facilitent la circulation de la production et font exploser la demande internationale. Le système caféier stimule alors une croissance urbaine inédite, comme à São Paulo et à Rio de Janeiro, où les bases de l’industrialisation sont jetées.

Dans cette présentation, nous nous intéresserons aux conséquences de ces changements économiques, démographiques et géographiques sur le flux migratoire portugais au Brésil, pour envisager comment se redéfinit la place de l’immigration portugaise dans la société brésilienne. Nous insisterons sur la façon dont s’organise la filière migratoire, des plantations de café du plateau de São Paulo aux faubourgs de Rio de Janeiro et de São Paulo ; de l’agriculture à l’industrie et au commerce urbain.

URMIS Bât. Olympe de Gouges, 8 Place Paul Ricœur 75013 Paris

Prochaine séance: 27 Mai

Migrants du Mozambique dans le Johannesburg de l’après-apartheid. Travail, frontières, altérité, par Dominique Vidal

Présentation: La fin de l’apartheid et l’instauration d’un régime démocratique en Afrique du Sud ont modifié l’expérience de la migration du sud du Mozambique vers la région de Johannesburg qui, depuis la découverte de gisements aurifères à la fin du XIXe siècle, a drainé des millions d’hommes. Aujourd’hui, la plupart des migrants mozambicains ne travaillent plus comme dans le passé dans les mines de façon contractuelle, mais dans l’économie informelle de la ville où ils rencontrent l’hostilité des Noirs sudafricains, eux-mêmes victimes de discrimination par la minorité blanche au temps de l’apartheid. À partir d’une enquête menée à Maputo et à Johannesburg, ce livre prend pour focale ce changement de cadre migratoire au travers duquel se donne à voir l’entrecroisement de dynamiques, indissociablement sociales et politiques, que les déplacements entre les deux pays révèlent selon différentes déclinaisons.

Cette étude des migrations internationales examine l’idée de frontière sous au moins trois angles. Celui, d’abord, des frontières étatiques dont la mise en place et le développement ont été analysés comme l’élément politique permettant de distinguer l’immigration moderne d’autres formes de mobilités. Celui de la recherche urbaine, ensuite, qui montre que les grandes métropoles, tout en constituant plus que jamais des destinations pour les migrants, voient se développer des frontières socio-spatiales résultant de l’action de ceux qui cherchent à se protéger de l’altérité. Celui, enfin, des travaux sur l’ethnicité soulignant que les frontières ethniques se construisent souvent dans les relations entre immigrés et populations plus anciennement installées.

La présence de frontières dans le rapport à autrui est omniprésente dans les logiques d’action de ces migrants du Mozambique à Johannesburg. L’adversité qu’ils affrontent en migration les amène à chercher à se fondre dans l’environnement urbain sur un mode principalement individuel et, en même temps, à se définir comme un groupe doté d’attributs valorisables, afin d’établir un rapport positif à soi dans un monde déstabilisant pour l’identité personnelle.

Dominique Vidal est professeur de sociologie à l’université Paris Diderot et chercheur à l’unité de recherche Migrations et société (URMIS – UMR CNRS et IRD). Il est l’auteur de La politique au quartier. Rapports sociaux et citoyenneté à Recife (Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998) et de Les bonnes de Rio. Emploi domestique et société démocratique (Presses universitaires du Septentrion, 2007).

Par Dominique Vidal
Éditions Karthala / IFAS, Paris
ISBN : 9782811109806
Nombre de pages : 216
Hauteur : 240 mm
Largeur : 160 mm
Date de parution : 2014
Date de publication : 17/02/2014
Prix : 27 €

Présentation, commande en ligne et téléchargement eBook sur le site de l’éditeur

Les sauveurs de sainte Solange. Les Portugais en Berry, par Guillaume Étienne

Présentation: Dans les années 1960, nombreux sont les Portugais qui émigrent vers la France, fuyant le régime de Salazar, les guerres coloniales et la pauvreté. Ceux qui s’installent dans le Berry ne tardent pas à partici- per à un pèlerinage catholique annuel, celui de Sainte-Solange (Cher), où une place particulière leur est faite. Entre fête religieuse et fête villageoise, cet événement devient au fil des années un grand rassem- blement de la « communauté portugaise » locale qui participe désormais à son organisation. De nos jours, le pèlerinage est décrit comme franco-portugais, sinon portugais. Comment la présence portugaise trouve-t-elle place lors de cet événement et comment cette place a-t-elle été négociée depuis plus de 50 ans ? L’étude de cette célébration montre de quelle façon les nouveaux-venus ont pu redyna- miser une fête locale qui s’annonçait en déclin, mais aussi comment les appartenances y sont redéfi- nies, entre les références au Portugal, à la France et à la société berrichonne, tout comme à la religion. À travers ce culte, c’est aussi l’attention portée par l’Église catholique aux migrants qui est révélée. La place donnée aux Portugais à Sainte-Solange illustre en effet les politiques et les pratiques d’accueil mises en place dans un double mouvement : celui de donner une place à tous au sein de l’Église, tout en préservant une culture supposée originelle.

Les sauveurs de sainte Solange. Les Portugais en Berry
Guillaume Étienne
Presses Universitaires François-Rabelais
http://pufr-editions.fr/livre/sauveurs-sainte-solange

Séance du Groupe de Travail sur les Migrations Lusophones

URMIS (Paris) | 12 Février 2015, 14h-17h (Salle 670)
Monde « lusophone », retours sur un concept

Imperial Migrations

Michel Cahen et Eric Morier-Genoud présentent leur ouvrage : « Imperial Migrations, Colonial Communities and Diaspora in the Portuguese World », Palgrave Macmillan, 2012. (http://www.palgrave.com/us/book/9780230353695)

URMIS Bât. Olympe de Gouges, 8 rue A. Einstein 75013 Paris

Prochaines séances: 24 Mars et 27 Mai