2016

Séance du Groupe de Travail sur les « Migrations Lusophones»

URMIS

(Paris)

27 Mai : Réflexion autour du projet de Groupe de Travail

10h-18h

Salle 870

Affiche_Migrations Lusophones-27 Mai

 

10h-12h30 : Séance de discussion collective :

1 – Les nouveaux flux migratoires ‘lusophones’ en France: quels défis pour les chercheurs?

2 – Activités futures du Groupe : 2016/2017

 12h30-14h00 – Déjeuner

14h00-17h30 – Présentations de projets de recherche :

Cristina Clímaco (Univ. Paris 8) – « Les Portugais en France dans l’entre-guerres »

Maria-Benedita Basto (Univ. Paris Sorbonne, CRIMIC/IMAF) – « Émigration et guerre coloniale: archives et mémoires des déserteurs en France »

Jorge Candeias (URMIS) – « Portugais à Paris – enquête sur les bars portugais et sur l’associativisme portugais »

Sónia Ferreira (CRIA/URMIS) – « La ‘lusophonie’ et les ‘médias portugais’ en France : la construction d’une supra communauté imaginée ? »

17h30-18h00 – Conclusion

 

URMIS

Bât. Olympe de Gouges,

8 Place Paul Ricœur, 75013 Paris

75013 Paris

Groupe de Travail sur les Migrations Lusophones

URMIS (Paris)

24 Mars

14h-17h

Affiche_Migrations Lusophones-24 mars

« La « diaspora portugaise » : des récits qui relient ce que la vie a séparé » 

Filomena Silvano (Faculté de Sciences Sociales de Lisbonne / CRIA)

Résumé : Cette communication présente quelques résultats d’une ethnographie réalisée au Brésil avec trois familles portugaises dont le parcours de vie transnationale est passé par le Portugal, le Mozambique et le Brésil. Dans leurs constructions identitaires les membres des familles convoquent, de façons plus ou moins explicites, l’idée de « diaspora portugaise», qui apparaît comme une construction culturelle de compromis, qui leur permet de dépasser quelques-unes des ruptures spatiales, sociales, culturelles et émotionnelles présentes dans leurs histoires de vie.

 

« Construction et identification d’une filière migratoire entre le Portugal et le Brésil au tournant du XXe siècle »

Sylvain Souchaud (IRD/URMIS – Univ. Paris-Diderot)

Résumé: La fin du XIX au Brésil est un tournant historique dans le domaine économique et migratoire. L’économie de plantation abandonne le régime esclavagiste et adopte le salariat. Grâce à une ambitieuse politique migratoire, une main-d’œuvre étrangère est mobilisée pour travailler dans les plantations de café de l’intérieur de l’Etat de São Paulo, tandis que les progrès techniques dans les transports terrestre et maritime facilitent la circulation de la production et font exploser la demande internationale. Le système caféier stimule alors une croissance urbaine inédite, comme à São Paulo et à Rio de Janeiro, où les bases de l’industrialisation sont jetées.

Dans cette présentation, nous nous intéresserons aux conséquences de ces changements économiques, démographiques et géographiques sur le flux migratoire portugais au Brésil, pour envisager comment se redéfinit la place de l’immigration portugaise dans la société brésilienne. Nous insisterons sur la façon dont s’organise la filière migratoire, des plantations de café du plateau de São Paulo aux faubourgs de Rio de Janeiro et de São Paulo ; de l’agriculture à l’industrie et au commerce urbain.

 

Salle 870

Bât. Olympe de Gouges,

8 Place Paul Ricœur

75013 Paris

Prochaine séance: 27 Mai

Migrations lusophones

Séance du Groupe de Travail sur les Migrations Lusophones

URMIS (Paris)

12 Février

14h-17h

Monde « lusophone », retours sur un concept

Imperial Migrations

Michel Cahen et Eric Morier-Genoud présentent leur ouvrage : « Imperial Migrations, Colonial Communities and Diaspora in the Portuguese World », Palgrave Macmillan, 2012. (http://www.palgrave.com/us/book/9780230353695)

Salle 670

Bât. Olympe de Gouges,

8 rue A. Einstein

75013 Paris

 

Prochaines séances: 24 Mars et 27 Mai